Musee des Beaux Arts_Lille_2018-2019

 

Louis Nicolas Van Blarenberghe, Boite de Choiseul, 1770-1771

MAITRE D’OUVRAGE :
Ville de Lille, Musée des Beaux Arts de Lille
MAITRE D’OEUVRE :
HBAAT 
CHARGÉ DE PROJET :
Heleen Hart, Mathieu Berteloot 
MAITRISE D’OEUVRE ASSOCIÉE :
Martial Prévert / graphiste-scénographe ; Sonia Laugier  / spécialiste 
PROGRAMME :
Aménagement du département des plans reliefs en sous sol du musée des Beaux Arts de Lille
BUDGET :
430 000 Euros/HT (2019)
RÉALISATION :
Livraison mars 2019
CRITERES HQE :
SO

 

Le Palais des Beaux-Arts de Lille abrite de grandes collections qui en font l’un des premiers musées français. Son bâtiment, caractéristique du répertoire architectural du XIXe siècle, est aujourd’hui doublé d’un édifice quasi abstrait dont l’élégance révèle un effet de miroir, modernisé dans la cadre de la rénovation du musée menée par Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart (1991-1997).

Les collections du Palais des Beaux-Arts sont issues des plus grands foyers artistiques européens : le département du Moyen Age et de la Renaissance s’est enrichi d’une scénographie contemporaine qui renouvelle le regard sur ses chefs-d’oeuvres (Donatello, Dirk Bouts). A proximité, un exceptionnel ensemble de plans-reliefs représentent quinze villes des Flandres à l’échelle 1/600ème au temps de Louis XIV.

Deux types de visites, régissent l’exposition des plans-reliefs :

L’espace des vitrines avec les plans reliefs eux même, soit 5 galeries conçues comme lieu de contemplation et d’immersion dans ces paysages du nord et 2 galeries, de part et d’autre, comme des lieux de médiation et de connaissance plus approfondie du sujet.

Au sein des vitrines, les plans-reliefs constituent un grand paysage horizontal avec au cœur du dispositif spatial, le plan relief de Lille qui accueille deux pupitres de consultation multimédia qui apporte des contenus scientifiques et permette de s’approcher et de s’identifier sur le plan.

Si l’ambiance sombre et immersive est importante, il s’agit d’apporter dans une seconde lecture un point de vue plus rapproché, plus intime, des différents détails des plans topographiques.

Sans ces dispositifs multimédias et spatiaux, la vision d’un certain nombre d’éléments serait uniquement éloigné du public et la présentation n’offrirait qu’une vue d’ensemble.

De part et d’autre des 5 vitrines, deux galeries : l’une accueille en introduction, des informations textes, et multimédias liés à l’histoire et la fabrication de ces objets hors normes.

Et une seconde reçoit un salon vidéo et un espace pédagogique avec du mobilier spécifiquement dessiné pour l’espace. Au sein de cette galerie, 4 vitrines complètes le dispositif de médiation avec une matériauthèque expliquant la fabrication des objets, une vitrine d’objets de contextes, et deux vitrines d’informations dont une consacrée aux fac-similé des documents d’époques qui ont permis la fabrication des plans reliefs.