Ecole de Musique_Quesnoy-sur-Deûle_2012

MAITRE D’OUVRAGE :
Ville de Quesnoy-sur-deûle
MAITRE D’OEUVRE :
HBAAT mandataire
CHARGÉ DE PROJET :
Heleen Hart et Mathieu Berteloot
MAITRISE D’OEUVRE ASSOCIÉE :
SNC Lavalin / bureau d’étude structure, fluides et HQE ; JM Becquart / économie
PROGRAMME :
Réhabilitation et extension d’un centre socio-culturel en école de musique
BUDGET :
1 100 000 Euros/HT (2012)                                                                                                                                                   RÉALISATION :
Concours 2012
CRITERES HQE :
Bâtiment BBC soit Cep, réf – 45%
Cible énergétique très performante
Cible acoustique très performante
Récupération des eaux de pluie pour l’usage des sanitaires, et l’arrosage des espaces extérieurs
Construction harmonieuse à faible impact, extension en ossature bois et vêture bois
Gestion des déchets (charte chantier propre et gestion dans le fonctionnement de l’équipement)

 

Le projet s’inscrit dans une volonté d’offrir aux habitants de Quesnoy-sur-Deûle un équipement fonctionnel et emblématique des préoccupations écologiques de la commune. La conception architecturale de l’extension du centre socio-culturel répond aux enjeux programmatiques énoncés. La relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement, les qualités intrinsèques des matériaux mis en oeuvre, l’organisation fonctionnelle et qualitative des espaces, les problématiques énergétique et acoustique sont les thèmes qui ont alimenté la réflexion à travers une démarche architecturale contemporaine. L’aboutissement du parcours conceptuel a conduit le projet vers un équipement unique qui s’intègre parfaitement dans son contexte péri-urbain.

Insertion urbaine

Le site proposé pour construire l’extension de l’Ecole de musique offre tous les atouts pour favoriser une insertion harmonieuse du projet dans son environnement. Le jardin qui s’étend jusqu’aux quais de la Deûle est un lieu idéal pour se promener, flâner et se rencontrer. Les bâtiments existants tels que la crèche et le centre socio-culturel s’implantent en limite Ouest et Nord d’un très beau jardin. Ils forment dejà un cadre bâti et génèrent des circulations piétonnes internes. La forte présence des arbres existants renforce le caractère bucolique du lieu marqué par un sujet majestueux et rare, le «hêtre pleureur», dont la dépose malheureuse est envisagée pour construire l’extension.

Plusieurs dispositifs issus de l’analyse du contexte urbain et végétal ont influencé la conception de notre réponse architecturale:

– Ouvrir la salle de répétition au sud et profiter des vues sur le jardin et les quais.

– Inscrire la nouvelle entrée et son parvis dans une continuité urbaine logique et naturelle perceptible depuis l’avenue principale.

– Offrir des espaces de rencontre intérieurs et extérieurs ouverts qui profitent du parc.

– Insérer le projet dans un système de flux piétons cohérent.

Démarche architecturale

Le projet est dimensionné afin de respecter les enjeux liés au contexte tout en répondant aux contraintes du programme. Deux plis se forme dans le volume: le premier mouvement annonce l’entrée du bâtiment sur l’Allée principale. Le second positionne la façade parallèlement au bâtiment de la crèche et permet de maintenir les perspectives existantes depuis la terrasse conservée du centre socioculturel.

Le niveau de la toiture s’aligne sur le rdc du centre socio-culturel pour favoriser les communications entre les deux bâtiments. L’escalier qui rejoint le niveau du rez-de-jardin de l’extension est un prolongement extérieur de la terrasse qui se plie pour entrer soit dans l’extension soit dans le jardin. Ces accès extérieurs offrent aux usagers une relation directe au parc situé à l’arrière du centre socio-culturel.

Le volume de l’extension se dédouble au-dessus de la salle de répétition et du hall pour créer une double hauteur qui apporte un éclairage naturel zénithal aux espaces les plus centrés. Ce volume rectangulaire qui se détache de sa base est traité qualitativement par la mise en place d’une toiture plantée. Ce toit végétal favorise l’intégration du projet dans son environnement paysager et offre au public du nouveau centre socio-culturel des vues qualitatives sur un projet parfaitement intégré dans son environnement.

Les transparences généreuses créent des perspectives visuelles depuis l’intérieur vers l’extérieur et apportent un éclairage naturel adapté à chaque fonction des espaces. La lumière zénithale met en valeur l’agencement des volumes intérieurs dans la salle de répétition et apporte un éclairage diffus dans le hall. La matérialité répond aux contraintes acoustiques des espaces et certains éléments comme la charpente bois sont mis en valeur et apportent un caractère chaleureux et domestique aux espaces communs.